Comment construire votre propre vélo (et pourquoi vous devriez le faire)

Comment construire votre propre vélo (et pourquoi vous devriez le faire)

Dans cet article, je veux donc commencer par la partie “comment”. Si vous avez lu mes autres articles, vous savez que je crois sincèrement que la moto est une machine utilitaire. Elle est facile à travailler, amusante à personnaliser et encore plus amusante à conduire. Bien sûr, il y a beaucoup de cadres en fibre de carbone et en graphine qui coûtent plus cher que le premier né, mais il ne faut pas se laisser intimider par cela.

Étape 1 : Le cadre

À moins de savoir souder et de disposer de tous les gabarits nécessaires à la construction d’un vélo, le cadre est quelque chose que vous devrez acheter soit neuf, soit d’occasion. Parfois, les petites annonces ou votre coopérative locale sont de bons endroits pour commencer à chercher des cadres. Vous devez choisir le type de vélo que vous voulez construire et l’acheter en conséquence. Bien entendu, vous devez chercher un vélo de votre taille et il devrait être relativement facile de juger par rapport aux vélos que vous avez possédés par le passé.

Outre la taille, vous devez vous assurer que le cadre n’est pas plié, rouillé ou cassé de quelque manière que ce soit. Dans le cas de l’acier, il est plus probable que le cadre soit plié, mais même dans ce cas, c’est peu probable. L’aluminium et la fibre de carbone ont tendance à présenter des défaillances plus catastrophiques et seront faciles à voir à l’œil nu. Si vous le pouvez, essayez de faire en sorte que les filets du pédalier n’aient pas été dénudés ou endommagés eux aussi. Ce genre de chose peut être réparé, mais cela ajoutera des coûts inutiles au projet. Souvent, les vélos d’occasion sont livrés avec une myriade de pièces encore fixées au cadre.

Acheter un cadre neuf est la seule façon de s’assurer qu’il n’a pas été abîmé. Pour les cadres en aluminium et en carbone, c’est la seule façon de connaître réellement le kilométrage et l’âge du vélo. La plupart des fabricants proposent un cadre ou une option cadre et fourche sur leur site web.

Étape 2 : La fourche

Tout comme pour le cadre, vous devez savoir quel type de fourche vous voulez. Il doit correspondre au type de vélo, qu’il s’agisse d’un vélo de route, de route, de montagne ou de tout autre type de vélo. Vous devez savoir quel matériau est le meilleur pour la façon dont vous voulez rouler et il doit avoir la bonne garde au sol pour les types de pneus que vous voulez. Certains fabricants proposent désormais des casques décalés ou coniques dont le diamètre extérieur de la course supérieure (course de tube de direction) est inférieur à celui de la course inférieure (course de couronne). Il est essentiel que vous trouviez une fourche qui soit compatible.

En choisissant votre fourche, pensez au matériau du cadre. La fibre de carbone est légère et résistante. Elle amortira la dureté de la route sous vos pieds. L’aluminium est léger et rigide. Il peut parfois amplifier les bosses de la route, mais il est moins cher que la fibre de carbone et la plupart des vélos de route de niveau moyen à supérieur sont fabriqués en aluminium. L’acier est plus lourd et plus souple que les deux autres. Il est également moins cher. Il est souvent utilisé pour les randonnées, les VTT à pneus gras et les vélos de route familiaux. Il vous survivra.

Si vous avez besoin de supports de porte-bagages ou d’ailes, vous pouvez les obtenir. Si vous souhaitez utiliser une potence, assurez-vous de vous procurer une fourche filetée et un jeu de direction.

Étape 3 : Le jeu de direction

Brièvement mentionné plus haut, le jeu de direction est un ensemble de roulements, de cuvettes et de bagues qui relie la fourche au cadre. C’est ce qui permet à votre roue avant de tourner. Les bagues sont pressées sur la fourche, les coupelles sont placées dans les trous du tube de direction sur le cadre, et les roulements s’insèrent dans ces coupelles. La plupart des roulements de jeu de direction modernes sont des roulements étanches (ils sont aussi généralement de meilleure qualité que les roulements non étanches).

Le terme “scellé” signifie que l’intérieur et l’extérieur du roulement sont ajustés par pression autour des billes de roulement elles-mêmes et qu’un joint en caoutchouc ou en plastique est généralement placé sur le dessus des billes de roulement, de sorte que vous ne pouvez pas les voir lorsque vous regardez le produit fini. Le seul inconvénient est que les roulements étanches sont beaucoup plus difficiles à travailler et qu’il faut ajouter de la graisse pendant toute la durée de vie du casque.

Les roulements qui ne sont pas étanches ont tendance à durer un peu plus longtemps car vous pouvez les nettoyer et les regraisser après chaque saison. Parmi les marques de casques d’écoute les plus connues, on peut citer Chris King, Phil Woods, Paul Components et Cane Creek. N’oubliez pas que si vous achetez un tube de direction conique, vous obtenez un casque compatible.

Étape 4 : La tige

Le dimensionnement et la compatibilité sont également très importants à cet égard. Vous devez obtenir une tige qui s’adapte à votre pivot. Les tiges modernes s’adaptent sur le pivot de fourche et se resserrent en place. Souvent, il y a des entretoises pour augmenter la hauteur de la tige. Les entretoises sont placées sur le dessus du casque et la tige s’y adapte.