Histoire des montres automatiques

Histoire des montres automatiques

Les montres automatiques, communément appelées montres à remontage automatique, comptent parmi les montres mécaniques les plus populaires d’aujourd’hui.

Les montres automatiques modernes utilisent le mouvement naturel du bras de l’utilisateur pour faire tourner un rotor semi-circulaire, qui remonte le ressort moteur de la montre, rendant inutile le remontage manuel. Comme une montre-bracelet entièrement remontée emmagasine généralement assez d’énergie pour fonctionner pendant deux jours, la plupart des montres automatiques continuent de fonctionner toute la nuit, même à l’arrêt. Par conséquent, les montres automatiques de qualité supérieure continueront à fonctionner presque indéfiniment sans pile ni alimentation externe.

Montre de poche automatique

L’une des principales raisons pour lesquelles nous pouvons tenir ces merveilles mécaniques pour acquises aujourd’hui est que les montres automatiques sont en développement depuis près de 250 ans. Les premières montres automatiques sont apparues dès 1770, lorsque l’horloger suisse Abraham-Louis Perrelet a inventé un mécanisme qui remontait une montre de poche à l’aide d’une masse oscillante qui actionnait le ressort moteur lorsque le propriétaire marchait. La création de Perrelet s’est avérée très populaire et a été capable de faire fonctionner une montre de poche pendant huit jours avec seulement quinze minutes de marche.

Première montre-bracelet automatique

Au fil des ans, de nombreux horlogers célèbres, dont Hubert Sarton et Breguet, ont apporté des améliorations à l’invention de Perrelet. Ce n’est toutefois qu’en 1923 qu’un mécanisme de remontage automatique assez petit pour être placé à l’intérieur d’une montre-bracelet a été développé. Le réparateur de montres anglais John Harwood a breveté un système utilisant un poids pivotant, qui se balançait lorsque le porteur bougeait et remontait le ressort moteur. Le “mécanisme de pare-chocs”, comme on l’appelait, encourageait un mouvement de va-et-vient en limitant l’oscillation du poids pivotant à 180 degrés. Une montre Harwood entièrement remontée fonctionnerait pendant 12 heures toute seule.

L’invention de Harwood a d’abord été produite par le fabricant suisse Fortis et mise en vente en 1928. Plus de 30’000 montres automatiques Harwood ont été vendues avant que la grande dépression ne fasse fléchir les ventes.